24
Oct 05

OpenOffice.org 2.0

24 octobre 2005 | Non classé

 Use OpenOffice.org

OpenOffice.org est une suite bureautique libre et gratuite, publiée sous la licence LGPL, qui permet à  n’importe quelle personne de l’utiliser ou de la distribuer gratuitement. La version 2.0, qui n’est pour le moment disponible qu’en anglais et en allemand (version française prévue d’ici la fin du mois), propose une interface améliorée, de nouveaux effets pour les présentations ainsi que le support du format de document libre et ouvert OpenDocument.

OpenOffice.org (OOo pour les intimes) est une déclinaison Open Source de la suite bureautique StarOffce de Sun. La version 2.0 se compose de six applications distinctes qui, selon les partisans du logiciel libre, suffisent à  en faire une alternative sérieuse aux solutions bureautiques payantes, au premier rang desquelles on trouve bien sûr la suite Office de Microsoft.

Aux traditionnels Word, Excel et PowerPoint, les développeurs d’OpenOffice.org opposent le traitement de texte Writer, le tableur Calc et le logiciel de présentation multimédia Impress. S’ajoutent à  cela Draw, logiciel de dessin vectoriel et de PAO, Base, gestionnaire de base de données et Math, un éditeur mathématique. Le tout fonctionne sous Windows, Mac OS ou Linux.

Principal atout d’OpenOffice.org : son support natif du langage XML ( Extensible Markup Language ) et la production de documents au format OpenDocument. Ce format est libre et ouvert, contrairement aux formats des fichiers générés par la suite Office de Microsoft. OpenDocument résulte des premiers efforts de standardisation conduits dans le domaine de la bureautique, dont l’objectif est de garantir l’interopérabilité entre différentes applications.

Précisons que le XML est en fait plus un format de données qu’un langage de programmation. Conçu pour favoriser le partage de données entre des applications différentes, le XML sépare en fait le fond (la donnée brute) et la forme (la présentation) des informations à  transmettre. Ce format est défendu par le W3C ( World Wide Web Consortium ) et l’OASIS ( Organization for the Advancement of Structured Information Standards ).

Gratuité et interopérabilité sont des mots qui ne laissent pas les institutions et les collectivités indifférentes. Elles sont de plus en plus nombreuses à  envisager de passer au logiciel libre en lieu et place de la suite Office, à  l’image de la Gendarmerie nationale, qui a déjà  franchi le pas, ou de l’Etat du Massachusetts et de l’administration britannique , qui y réfléchissent…


Les commentaires sont fermés.